La psychose hallucinatoire chronique fait partie des délires chroniques non schizophrénique d’apparition tardive après 30 ans…

 

23843299-blessure-du-cerveau-humain-et-de-dommages-neurologiques-ou-de-perdre-la-m-moire-et-de-l-intelligence

 

 

La psychose hallucinatoire chronique est une psychose essentiellement hallucinatoire: hallucination surtout auditive. Certains événements peuvent avoir un rôle déclencheur : séparation, divorce, retraite, deuil, ménopause, traumatisme physique ; mais ils ne doivent pas faire oublier l’existence d’un état antérieur. Par ailleurs, certains délires chroniques peuvent être inauguraux de syndromes démentiels ou d’affections intracrâniennes ou compliquer un alcoolisme chronique ou une épilepsie ancienne.

 

 

 

La psychose hallucinatoire chronique est une affection constituée d’un délire chronique dans lequel les phénomènes psycho-sensoriels essentiellement hallucinatoires ont une importance considérable. Son étiologie demeure assez mal connue. Toutefois, la PHC touche le plus souvent les femmes que les hommes et survient sur un terrain volontiers sensitif chez un sujet isolé socialement. La pathogénie rejoint celle de la schizophrénie.

 

 

 

Diagnostic de la psychose hallucinatoire

 

téléchargement (2)

 

Le début est souvent brutal, marqué par la sensation de transmission et d’écho de la pensée ainsi que par l’apparition des voix. L’état est remarquable par la présence d’un syndrome hallucinatoire constitué par le triple automatisme mental.

L’automatisme idéo-verbal est fait de :

  • voix intra ou extra-psychiques généralement menaçantes ;
  • écho, vol, énonciation et devinement de la pensée ;
  • énonciation et commentaires des actes ;
  • psittacismes et jeux verbaux ;
  • parfois « petit automatisme mental » (dévidage muet des souvenirs, impression de contrainte, de télépathie).

 

 

Automatisme sensoriel et sensitif, constitué d’hallucinations olfactives, gustatives, visuelles, et cénesthésiques.

Automatisme psychomoteur, fait de sensations de mouvements imposés au niveau des membres, de la face, du cou, ou des organes de la parole (larynx, langue, bouche).

Des intuitions et des interprétations peuvent compléter le tableau clinique ; toutefois, les interprétations concernent essentiellement les hallucinations ( à la différence de la paranoïa où le sujet interprète des faits réels.

 

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel se pose avec :

  • une schizophrénie paranoïde (délire flou, mal systématisé et syndrome de dissociation) ;
  • un délire paranoïaque (pas ou peu d’hallucinations, délire logique et plausible) ;
  • Une paraphrénie (délire imaginatif fantastique).

 

 

Evolution

L’évolution se fait typiquement dans le sens d’une conservation de la lucidité et des capacités intellectuelles. Progressivement, sous l’effet du traitement neuroleptique, il se produit une sorte « d’enkystement » des hallucinations.

La vie familiale et professionnelle reste souvent possible. Toutefois, des phases de recrudescence hallucinatoire sont fréquentes, ces « épisodes  féconds » conférant ainsi une pseudo- cyclicité à l’affection.

Dans d’autres cas, l’évolution est moins favorable et se fait vers un état « déficitaire »

 

Pronostic

Le pronostic est fonction de la sensibilité au traitement ainsi que de la bonne coopération du patient et de ses proches.

 

Complications

D’emblée ou après quelques années, les troubles peuvent résister à un traitement correctement conduit. Le délire peut-être responsable de troubles du comportement divers mais la dangerosité de ces malades est peu importante.

Des épisodes dépressifs peuvent survenir avec ou sans actes suicidaires. L’alcoolisation est assez fréquemment rencontrée.

Traitement

Le traitement consiste ne une hospitalisation, au début et lors d’épisodes féconds ou de phases dépressives importantes ;

Une chimiothérapie, par neuroleptique incisif à dose efficace ou par neuroleptique à l’activité prolongée en cas de mauvaise observance du traitement par voir buccale ;

Une psychothérapie de soutien est préconisée.

 

 

Tarifs des consultations