Tout participe à un principe d’équilibre dans la nature et il en est de même pour l’homme. Mais qu’est-ce que l’équilibre? Il y a équilibre quand nous sommes en accord avec notre réalité et déséquilibre quand  on accorde une importante excessive à une fausse réalité!

 

43150614-concept-de-la-balance

 

 

Si je devais donner une interprétation sur l’équilibre, j’emploierai la maxime de Kipling:  » Il faut pouvoir rencontrer triomphe et défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front! » Nous cherchons obstinément le bonheur (être heureux n’est pas nécessairement confortable) dans notre vie et nous faisons tout pour éviter les problèmes (du moins c’est ce que nous croyons). Malheureusement et bien souvent,  le problème fait partie de la solution. Nous évitons les conflits et la confrontation avec ce qui nous fait peur et ce faisant nous  maintenons le « comportement-problème ».

 

 

L’équilibre est fragile

 

 

 

Nous pouvons toujours essayer de nous protéger en restant dans notre zone de confort, mais le processus d’évolution de la vie nous mettra constamment à l’épreuve pour préserver l’équilibre. Se prémunir de tous risques et ne jamais rien entreprendre n’a jamais évité les déconvenues et les épreuves. Dès que l’on s’affranchit de nos responsabilités et que l’on porte un sens exagéré à une situation, un déséquilibre ce produit entre ce que nous sommes censés apprendre et faire. Autrement dit un potentiel en excès grandit dès lors qu’une évaluation, dont le sens est fortement exagéré, déforme très sensiblement la réalité. Si le sujet est très important, nous sommes incapables d’en évaluer objectivement les qualités. Votre esprit vous dit : « Allez, tu dois faire la maximum, aller gagner de l’argent ! » mais votre âme le (subconscient) se demande : «  Est-ce vraiment ce pourquoi je suis venu au monde ? L’idéalisation crée alors un potentiel en excès qui fait élever les forces d’équilibrage, qui combattent alors pour l’éliminer.

Tout est une question d’importance. Plus nous attribuons de  l’importance  à ce que nous désirons et à ce que nous ne voulons pas, plus l’équilibre est rompu, en fait l’équilibre tel que nous le croyons n’existe pas. Croire que nous avons trouvé l’équilibre dans une routine bien rodée est utopique. Rien n’est fait pour durer, dès que l’on s’installe dans une forme de sécurité, un événement survient pour rétablir l’équilibre. L’équilibre n’est pas quelque chose de stable tel que l’on l’entend, c’est une progression, tel le funambule  qui essaye d’atteindre l’extrémité de la corde. Cela étant le désir est parfois si fort qu’il créer un potentiel en excès. C’est le cas de personnes qui ne semblent pas être faites l’une pour l’autre  C’est ainsi que les forces d’équilibrage essayent de supprimer le potentiel en excès, en faisant s’attirer les opposés du potentiel tel l’exemple suivant:

Gérard est d’une nature autoritaire qui aime contrôler les situations. Pour ce faire il met en place des règles strictes qui le rassure. Il n’aime pas les imprévus et à un fort besoin de sécurité sur le plan affectif et professionnel. Nous pourrions penser qu’il serait attiré par une personne ayant les mêmes points communs ou valeurs que lui, mais il n’en est rien. « Les forces d’équilibrage agiront dans le sens tout à fait opposé. Il épousera une femme qui ne correspond pas du tout à son tempérament et pourtant il sera inexorablement attiré par elle. « C’est ainsi que les forces d’équilibrage rentrent en action. » Celle-ci sera plutôt d’un caractère doux et rêveur et à vivre au jour le jour. Mais pourquoi me diriez-vous que nous sommes attirés par une personne qui ne correspond à nos attentes ? Eh bien pour rétablir l’équilibre, c’est-à-dire que les conjoints devront mutuellement intérioriser ce qu’ils leur fait défauts. En l’occurrence, Gérard devra apprendre à être plus souple dans ses rapports, et son épouse à être plus affirmée. Chacun doit s’apporter ce qui lui manque…

 

 

Le désir d’avoir et de ne pas avoir

 

k7276106

 

 

 

L’équilibre est un délicat dosage d’intention d’avoir et d’agir que sous-tend notre mission de vie et le désir en est le vecteur.  Nous pouvons mettre en évidence trois formes de désir:

Quand un grand désir se transforme en une forte intention d’avoir et d’agir. Ce désir sera alors satisfait.

La seconde forme est le désir tourmenté, qui représente un potentiel en excès dans sa plus pure forme.

La troisième forme la plus insidieuse, c’est lorsque qu’un grand désir se transforme en dépendance envers l’objet du désir. Attacher une grande importance à cet objet créer un solide potentiel en excès et ce potentiel rassemblera les forces d’équilibrage toutes aussi fortes pour y mettre un terme.

Pour trouver l’équilibre il faut comprendre notre mission de vie. Quelle est la vôtre ? Encore faut-il que nous croyons avoir une mission ici-bas.  Pour le savoir il faut se poser les vraies questions au risque de ne pas avoir entendre les réponses parce que nous sommes trop conditionnés par l’égo qui tient les rênes de notre existence. Nous nous donnons des objectifs et des buts atteindre, mais correspondent-ils à notre mission de vie ? Nous savons presque tous savoir quoi faire pour obtenir ce que nous voulons, mais le hic c’est que nous ne savons pas toujours ce que nous voulons et ce qui correspond à nos vrais besoins. Nous nous laissons influencer par l’extérieur et la plupart du temps, nous laissons le bon sens prendre nos décisions et nous nous en tenons à cela. S’il n’y a rien de mal à utiliser le bon sens et la pensée logique, à rechercher l’accomplissement et la maîtrise de soi, nous devons faire confiance à notre intuition (notre moi supérieur) pour prendre les décisions justes qui nous remettent en harmonie avec nos valeurs profondes. Pour ce faire nous devons utiliser d’autres aptitudes et adopter une démarche différente.

Les spécialistes de la psychologie des profondeurs et ceux de la médecine intuitive parlent d’énergies archétypales existant dans l’inconscient collectif qui s’expriment à travers nous par le biais d’histoires que nous vivons individuellement. Il y aurait un ordre qui fait partie intégrante d’un système, qui organiserait nos vies en traitant l’information qui nous arrive par le biais de nos croyances et de nos conditionnements culturels et individuels. Ce que cette nouvelle vision nous encourage à faire, c’est non pas de rechercher autant les relations de cause à effets selon la vieille méthode newtonienne du monde, mais plutôt de rester sensible à la raison d’être intrinsèque à tout événement. Ce qui veut dire que le monde nous demande de moins concentrer notre attention sur la façon dont nous pouvons forcer les choses pour qu’elles se conforment à nos vouloirs, mais plutôt de nous ouvrir à l’expérience pour ensuite observer ce qui en ressort. Ce monde-là nous demande plus de participer que de planifier.

 

 

La mission de notre âme

 

28784029-fragilit-d-un-art-conceptuel-de-corps-de-la-cr-ature-humaine-sur-une-femme

 

 

Il y a une raison d’être à tout ce qui arrive

Si vous adoptez le point de vue selon lequel tout ce qui arrive et n’arrive pas dans votre vie est nécessaire à l’actualisation de votre mission de vie, c’est que vous êtes plus à l’écoute et plus sensible aux choses qui vous échappaient auparavant. Avec ce premier postulat, vous sentirez que peu importe à quoi ressemble le monde extérieur, vous avez la capacité d’apprendre, de grandir et de choisir de faire le prochain pas en fonction de ce qui vous est donné.

Quand vous prêtez attention à la finalité de chaque chose, vous modifiez votre façon de voir, et tout votre champ énergétique en est transformé. Cette attitude, multiplie le nombre de coïncidences et ouvre de nouvelles portes. N’oubliez pas que votre monde extérieur reflète votre monde intérieur.

Parler d’équilibre sous-tend la pensée systémique. Cette forme de pensée exige que nous vérifiions comment chaque partie d’un système (votre pensée) et celles des autres affectent toutes les autres parties. Ce qui veut dire que si i l’on pense qu’au point de vue individuel sans en prendre en compte les répercussions sur la collectivité, le retour ne sera ni profitable pour aucune des parties. Alors que si nous pensons en terme de contribution en fonction du système, voici le genre de questions que l’on peut de se poser. : « Comment faire avec nos différences culturelles et vivre en harmonie ? « Que doit-il se passer sur les plans physique, mental émotionnel et spirituels pour qu’il y ait guérison ?

Nous créons notre propre réalité ! Créer sa propre réalité ne doit pas être pris à la lettre. Si toute création émanait d’une décision consciente, cela occasionnerait une confusion inutile. Nous ne devons pas oublier que toutes les maladies, tous les accidents, malheurs ou miracles comportent une grande complexité de facteurs. Nous ne savons pas toujours pourquoi les choses arrivent, mais il y a une réalité dont on peut être sûr, c’est que face à aux événements, nous avons le choix de les interpréter et de créer notre réalité. Les choses arrivent et la façon dont nous composons avec elles ne dépend que de nous. Parfois, les choix sont multiples et parfois il semble que nous n’ayons pas le choix. En réalité, nous faisons toujours d’une  façon ou d’une autre un choix conscient ou inconscient quant à la façon dont nous composons avec un événement. L’histoire regorge de comptes rendus de personnes ayant subi les pires privations et traumatismes, et qui pourtant ont fait preuve d’une compassion, d’une créativité et d’un courage exceptionnel.

 

 

Comment devons-nous vivre?

Au plus profond de notre conscience, nous avons une question à poser : « Que sommes-nous venus faire ici ? Nous vivons dans un monde où nous divisons les choses, c’est-à-dire en fonction du concept de tout blanc ou tout noir, donc en fonction du concept de l’exclusion. Il est intéressant de remarquer que la réalité et les lois universelles qui la sous-tendent sont en général fondées sur un paradoxe qui s’appuie sur la notion de l’addition ou de l’inclusion et non pas sur celles de l’exclusion. S’acheminer vers la réalisation de notre mission, c’est apprendre à se sentir à l’aise avec ce paradoxe.

Le premier paradoxe fondamental de notre vie est que rien n’est fixe, mais que pourtant rien ne se produit au hasard ou par accident non plus. De concert avec notre source spirituelle, nous créons. Nous  avons le libre arbitre et pourtant nous n’avons pas le contrôle. Le second paradoxe, est que, une fois que nous émettons l’intention d’obtenir quelque chose que nous désirons, l’objet de notre désir ne nous est accordé qu’une fois que nous nous sommes détachés de notre besoin de l’avoir. Ceci est le paradoxe qui existe entre l’intention (volonté et désir personnels) et le lâcher-prise (laisser Dieu ou l’univers vous procurer ce qu’il y a de mieux pour votre plus grand bien). Vous êtes aussi bien un être terrestre défini qu’une âme infinie de  dimension spirituelle. Vous êtes les deux. Vous êtes la goutte d’eau et la vague. Vous êtes le guide et vous êtes guidé.

 

 

Suivre le courant

 

4

 

 

Afin de maintenir l’équilibre dans notre vie, il faut suivre le courant! Vous connaissez sûrement cette maxime:  » Rien ne sert de courir il faut partir à point » ou encore celle-ci:  » Qui veut le plus peut le moins », et bien suivre le courant ce n’est plus s’opposé à ce qui est! Suivre le courant c’est accepter le rythme. Comment peut-on savoir si l’on suit le courant ou si nous dévions de notre trajectoire qui est notre mission de vie ? La seule chose qui importe est le fait exact que chaque personne a sa propre route, sa propre porte. Si elle marche vers son but à travers cette porte, tout se passe bien pour elle.

 

 

Chaque personne a son propre chemin sur lequel elle trouvera le bonheur véritable. Mais comment trouver ce chemin ? Et comme vos désirs ne correspondent pas toujours à vos possibilités, comment allez-vous atteindre le but que vous vous êtes fixé

Commencez par distinguer les buts factices qui nous sont imposés par les balanciers (système abstrait de champs énergétiques qui utilise la peur pour vous soutirer de l’énergie) et les aspirations originales de votre âme.  L’anxiété, la nervosité… sont des sentiments très efficaces pour vous fixer sur l’énergie du balancier, il devient ensuite difficile de la sortir de votre esprit pour vous concentrer sur autre chose.

Votre âme sait toujours avec certitude ce dont elle ne veut pas. Si vous devez vous persuader alors soit : c’est l’objet de quelqu’un d’autre, le travail de quelqu’un d’autre, la femme de quelqu’un d’autre, la maison de quelqu’un d’autre etc. Sachez ceci : que si cet objet est le vôtre, vous n’aurez pas besoin de vous persuader vous-même.

Si vous poursuivez un but factice, tous vos efforts nourriront les balanciers et après avoir atteint votre but, vous réaliserez qu’en fait vous n’aviez pas du tout besoin de ce but.

Il est fort probable que cela ne fonctionne pas tout de suite. Libérez-vous de la responsabilité d’atteindre votre but. Laisser tomber l’importance et relâchez votre emprise.

Le but d’une autre personne vous impose toujours de faire les choses. C’est une obligation. Si vous trouvez même la plus petite obligation nécessaire dans votre but, alors pouvez en changer et l’abandonner. La route vers le but de quelqu’un d’autre est toujours une lutte. Votre but doit vous apporter de la joie.

Si vous voulez vous prouver quelque chose à vous-même ou aux autres en atteignant votre but, alors ce n’est pas le bon but. Les balanciers vous mets au service des autres avec toute une variété de manières de faire. Les mots « devoir » et « falloir », sont à bannir et relève d’un sentiment de culpabilité. D’autres peuvent être influencés par le slogan. «  J’ai besoin de ton aide ».

Le but d’une autre personne suscite des sentiments d’inconfort émotionnel dans votre âme. Lorsque vous pensez à votre but, ne pensez pas à son prestige et à son éloignement, ni aux moyens de l’atteindre concentrez-vous uniquement sur l’état de confort émotionnel de votre âme.

Si vous devez résoudre un problème qui demande une grande réflexion, ne vous précipitez pas de tout go. Votre subconscient est en lien direct avec le champ d’informations. La solution du problème est déjà là. Donc vous devez avant tout vous détendre et rejeter toute peur et anxiété par rapport à la recherche de la solution. Laissez-vous aller, arrêter le train-train des pensées et contempler le vide. C’est réellement ainsi que la solution vous viendra instantanément et qu’elle sera probablement très simple. Si ça ne fonctionne pas, ne vous stresser pas, ne rallumez pas l’appareil à penser. Cà fonctionnera la fois d’après. Le plus important est d’en faire une habitude.

Les provocations des balanciers peuvent être douces et insinuantes. Beaucoup de gens plient sous le fardeau des problèmes, trouvent un réconfort dans les cigarettes…Si vous essayez d’arrêter et vous vous dites : « Bon ç’est la dernière » ce n’est pas vous qui parler. C’est un balancier qui capturer votre rayonnement mental à un point qu’il peut carrément vous imposer ses pensées.

De même quand une situation est négative, les balanciers vous font croire qu’il n’y a nulle part où aller ? Ressaisissez-vous à chaque fois que vous acceptez le jeu du balancier, quand vous ressentez de l’indignation, de l’anxiété, quand vous prenez part à une discussion destructive etc.

 

 

 

Pour conclure, nous avons une mission qui celle de nous élever spirituellement, et si nous restons en contact avec notre source divine, notre âme nous envoie des messages. Les signes, les coïncidences, les prémonitions et l’intuition sont les messages qui nous orientent pour que nous puissions faire les bons choix. Or nous disposons d’un libre-arbitre et la décision finale nous appartient. Les gens qui sont fortement imprégnés de leur égo et qui n’utilisent que leur cinq sens attribuent les événements qu’au hasard,  à la chance ou à l’injustice. Ils ne savent pas qu’ils font partie d’un « grand ordre » et qu’ils en sont les maillons. En étant réceptif à votre sixième sens (l’intuition) vous serez en mesure de discerner le fondamental du superficiel et votre vie n’en sera que plus heureuse…

Pour savoir ce dont vous avez réellement besoin et  apprendre à être en harmonie avec le monde, lisez le prochain article sur le sixième sens ou l’intuition

 

 

 Téléchargez les séances MP3

Libérez-vous du stress!
 Guérir l’enfant intérieur
Comment éteindre son mental!

Tarifs des consultations