Pour certains dirigeants d’entreprise, le sentiment d’isolement est lourd de conséquences…

 

 

 

 

Ce n’est pas parce que le dirigeant d’entreprise se doit d’être inébranlable, seul à prendre des décisions, et assumer de lourdes responsabilités qu’il ne peut pas se sentir isolé, et avoir besoin de soutien…

 

 

 

Faire face aux difficultés de trésorerie, de baisse d’activité, ou de devoir licencier un salarié que l’on côtoie de longue date sont des aspects inhérents aux fonctions de l’entrepreneur. Et que dire de ce monde qui s’écroule quand un chef d’entreprise doit liquider son affaire, et  se présenter au tribunal de commerce. Parfois c’est toute une dynastie familiale qui s’effondre et la souffrance est telle que certains commettent l’irréversible.

L’environnement devient de plus en plus complexe : les exigences, la concurrence, les échéances, sont d’autant de situations qu’il faut assumer,  savoir gérer etc,  et quand malgré les bonnes dispositions, l’entrepreneur s’épuise psychologiquement et physiquement, le burnout n’est pas loin. Le sentiment de responsabilité qu’il endossait avec rigueur se transforme en sentiment de culpabilité…

 

 

 

Les symptômes du dirigeant d’entreprise.

 

La culpabilité s’insinue dans toutes les mauvaises décisions, jusqu’à remettre en question la création de l’entreprise, et ses compétences, et que dire de la culpabilité que la famille nous fait ressentir pour ne plus être disponible pour eux. Il se sent coupable de ne plus montrer l’image de ce battant qu’il était censé être.

La culpabilité,  c’est de ne pas s’accorder cette vulnérabilité. Non il se doit toujours d’être à la hauteur. Il en va de son prestige, de sa notoriété, de l’image de soi…

Quant aux symptômes physiques, Les problèmes hantent les nuits du dirigeant, et affectent la qualité de son sommeil. Des problèmes de digestion surviennent, ainsi que des douleurs dorsales. La liste est tellement exhaustive qu’il serait trop long de les énumérer sachant que les symptômes ont une corrélation significative avec nos dispositions structurelles, et génétiques. Nos conditionnements : croyances, valeurs etc.

 

 

Le portrait type du dirigeant isolé.

Il est souvent seul décisionnaire dans l’entreprise et n’a pas de personnes autour de lui en qu’il ait suffisamment confiance pour échanger autour de ses inquiétudes ou de décisions à prendre. Il délègue très peu, et sur le plan financier son chiffre d’affaire évolue en dent de scie avec l’intensification de la  concurrence. Il ne fait pas appel à des cabinets de conseils, par faute de moyens ou par méfiance en raison de mauvaises expériences passées, et aussi parce qu’il peut être personnellement dépassé par les nouvelles technologies.

 

 

Comment rompre la solitude du dirigeant ?

 

 

Si vous acceptez l’adage : « tout obstacle est matière à évolution » alors la solitude peut être très positive pour changer. Un changement s’impose dans votre mode fonctionnement, et cela suppose de s’ouvrir aux autres et d’échanger. Les associations, groupe de travail, clubs et Coaches d’entreprise sont les clés qui vous permettront de retrouver une réassurance  de ce que vous traversez et une confiance renouvelée. Néanmoins, confié ses failles, sa vulnérabilité, ses doutes, toute son anxiété n’est pas toujours chose facile. En effet, la seule prise de conscience de nos limites est parfois anxiogène, et surtout quand il faut l’exprimée.

La remise en question s’imposera sur les aptitudes à acquérir, et aussi sur les intentions qui  de la création de l’entreprise. A ce titre il ne faut pas confondre « besoins et désirs »

En outre Les dirigeants que j’ai accompagnés ont appris à optimiser leurs potentialités, et surtout à gérer l’anxiété et le stress et  rebondir devant les imprévus. Les dirigeants ne sont pas toujours en haut de la hiérarchie, mais occupent des postes chargés de responsabilités et la pression qu’ils doivent endossés ne sont pas exemptes de tensions qu’il faut gérés.

La gestion des émotions souvent réprimée trouveront un exutoire, afin que celles-ci ne s’extériorisent pas en compensation sur l’entourage professionnel et familial.

En fait mon programme résolument didactique, pratique et opérationnel, est multiple et s’adapte aux besoins et la personnalité dirigeant. Il vous enseigne:

Les principes, techniques et procédés de l’affirmation de soi ou  assertivité, et de la gestion du stress.

Il vous fournit les moyens concrets de résoudre de façon constructive  la plupart des conflits interpersonnels et de faciliter les échanges en mode collaboratif.

Il vous aide à gérer plus efficacement au quotidien votre communication avec votre entourage professionnel tout en favorisant vos capacités.

L’art de  participer à une réunion, ou l’animer, de manière constructive.

De prendre la parole en public sans perdre ses moyens.

 

 

Les résistances du dirigeant

 

Est-il maintenant, le moment opportun pour prendre la décision qui va tout changer ? Si tout concourt à montrer que le dirigeant est dans l’impasse, il résiste encore à se faire accompagner par un coach. Pourquoi ? Est-ce le constat qu’il a failli ? Qu’il a surestimez ses capacités ? Non ! Loin s’en faut, il y beaucoup trop de paramètres qui viennent interférer avec ses bonnes résolutions. Même le plus fort peut finir par plier devant l’adversité quand tous les éléments se déchaînent.

Alors prendre un coach n’est pas par dépit, mais mu par une réflexion intelligente. Tous les plus grands de ce monde ont pris des coaches, parce qu’ils ont besoin d’être poussé quand la volonté vacille. Ils savent que même le coach lui-même  a besoin d’être aussi coaché. Le coach va avoir ce regard objectif sur la situation d’ensemble. Il va permettre au dirigeant d’exploiter ses ressources et ses potentialités latentes.

Le coach n’est pas meilleur dans le domaine de prédilection que le dirigeant officie, mais il permet d’entrouvrir des portes, de porter un regard différent sur ces objectifs.

Parmi les résistances des entrepreneurs, force est de constater qu’ils se disent manquer de temps, et encore plus, de  prendre du temps pour poser le problème, c’est-à-dire à consacrer du temps à ce qui est vraiment important.

Le temps doit être optimisé et le coach va prioriser les objectifs attendus. Donc  vous « les entrepreneurs » vous n’êtes pas seul ! Décidez d’être accompagné dans la gestion de crise, dans la baisse d’activité, et dans l’optimisation de vos potentialités, repose sur un choix mu par une réflexion censée et responsable.

Alors ne perdez plus ce temps précieux, car si vous lisez cet article, ce n’est pas le fruit de hasard. Est-ce le signe que vous êtes à un tournant ? Voulez-vous avancer sur une autoroute dégagée ou faire demi-tour ? Si des doutes subsistent, appelez-moi pour votre entretien d’orientation gracieusement offert, et nous ferons le point sur votre situation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)