Le stress est un phénomène actualisé dans nos sociétés dites civilisées, et les répercussions négatives sur les individus sont de plus en plus prégnantes. A tel point qu’il est monnaie courante de dire que « nous sommes stressé » sans toujours comprendre les tenants et aboutissants de ces états de tensions qui agissent sur notre comportement, nos relations et nos fonctions corporelles.

 

 

 

1344189853_morning_picdump_106_640_42

Si nous négligeons les symptômes du stress comme un signal d’alarme important, nous pourrions déclarer des troubles plus marqués avec leur chronicité. Nous pouvons aussi rendre compte que le stress déclenche des pathologies avérées et dans d’autres cas c’est la maladie déjà installée qui augmente le stress. Par exemple dans certains cas le sujet pourra finir par décompenser suivant sa fragilité constitutionnelle et développer; une dépression, une phobie, des troubles compulsifs et alimentaires, un comportement cyclothymique etc. Dans d’autre cas par exemple, une personne atteinte d’un cancer se trouvera fragilisée dans son quotidien par la dureté du traitement chimio thérapeutique et le regard des autres, pour ne citer que ses aspects.

 

 STRESS POSITIF

Le stress positif déclenche une incitation dynamique et une conclusion heureuse, il améliore la concentration au moment opportun et il est positivement sain pour la santé. Cependant il est fragile par ce qu’il exige d’être maintenu par la suite.

 

STRESS  NEGATIF

 

 Le  stress négatif inclut pour la norme des conditions extérieures excessives que nous avons beaucoup de mal à gérer. Il subsiste aussi sans que nous en ayons toujours conscience des dispositions intérieures prédisposant l’individu à être stressé. Le stress n’est que le symptôme d’un mal être, et ce serait réducteur dans faire porter la responsabilité aux conditions environnementales. Je vais m’employer à donc le redéfinir afin que chacun puisse trouver la situation à laquelle il s’identifie. Nous trouverons donc:

 

  • DES SITUATIONS QUI DEMANDENT TROP D’EFFORTS POUR NOS CAPACITÉS PHYSIQUES ET PSYCHIQUES.

 

 

  • UN SURINVESTISSEMENT SUBJECTIF EN RAPPORT AVEC LA SITUATION, DANS LE TRAVAIL PAR EXEMPLE (POUR COMPENSER PAR EXEMPLE UN VIDE AFFECTIF.)

 

 

  • La peur de mal faire mettant le sujet dans un état de tension excessif (traduisant une anxiété de structure.)

 

  • Un besoin de reconnaissance poussant le sujet à en faire toujours plus. (Réparation d’un faible estime de soi) par manque de confiance.
  • Les phobies avec tous leurs mécanismes d’évitement pour ne pas se confronter aux situations phobogènes incluant encore plus de tensions. (Par exemple, je ne prends pas le RER parce que je suis claustrophobe, ainsi, j’utilise plusieurs bus pour me rendre à mon travail.)
  • Les troubles obsessionnels compulsifs (toc) étant liés à des angoisses profondes, génèrent aussi beaucoup de stress dus à la répétition des rituels de réassurance.
  • l’Insatisfaction dans le couple où les reproches et des conflits verbaux génèrent des tensions toujours plus importantes.
  • Difficulté de conjuguer vie professionnelle et familiale.
  • Dépendance du regard des autres

 

 

les symptômes physiques du stress :

  • La fatigue
  • Les tensions musculaires
  • Les troubles du sommeilles troubles de l’appétit
  • Les problèmes digestifs
  • Les douleurs (ventre, tête)
  • Les vertiges
  • Les douleurs dorsales
  • Les troubles intestinaux

 

Les symptômes psychiques du stress :

  • La difficulté à se concentrer et à prendre une décision
  • L’agitation
  • L’irritation ou l’humeur maussade
  • L’inquiétude ou l’anxiété
  • La faible estime de soi
  • La baisse de la libido

Les symptômes comportementaux du stress :

  • L’isolement social ou l’absentéïsme au travail
  • L’évitement des situations exigeantes
  • La difficulté à s’organiser
  • La perception négative de la réalité
  • La tendance à consommer plus de tabac, de caféine et de drogues
  • Le changement du comportement alimentaire

 

 

Bien qu’il existe beaucoup de solutions empruntées aux médecines douces et qui peuvent s’avérer très positives (relaxation, yoga, méditation, acupuncture etc.), à la médecine traditionnelle, et la pharmacopée psychiatrique, je relaterai ici mon expérience de « psychothérapeute-sophrologue » qui se doit de mettre en exergue tous les troubles psychiques, (conscient et inconscients), les facteurs émotionnels, les croyances et les choix de vie, parfois incompatibles avec nos moyens psycho-physiologiques. Ceux-ci sont déterminants quant à la résolution des  symptômes. Il faut savoir que si nous traitons que le symptôme apparent, c’est comme si on négligeait « la partie immergée de l’iceberg » et pour me faire comprendre je vais vous exposer un cas clinique qui fait partie d’une de mes nombreuses expériences dans le traitement du stress.

 

Vous conviendrez que les cas clinique ici proposé est résumé, et ne tient pas compte de la richesse des entretiens et du nombre de séances.

Monsieur Jean vient consulter parce, qu’il souffre du stress depuis quelques mois déjà. Jusqu’à présent il avait réussi à s’adapter tant que les symptômes n’incommodaient pas ses capacités professionnelles et ses relations affectives. Physiquement, il dit souffrir de troubles du sommeil et de douleurs dans la nuque. Son stress entraîne un manque de concentration à son travail et comme il a peur de mal faire il veut toujours en faire plus, négligeant ainsi les dossiers. Ses consommations de café augmentent et il devient très irascible. Il est de plus en plus fatigué, rentre le soir éreinté, ne joue plus avec ses enfants, et consacre peu de temps avec son épouse. D’ailleurs elle le lui reproche ce qui ne fait qu’aggraver la situation

ANALYSE

Après qu’il eu exprimer ce qu’il ressentait, et que sachant que l’investigation ne s’arrêterait pas là, je pu diagnostiquer une personnalité anxieuse avec un important besoin de reconnaissance. Cela me permit d’élaborer des solutions empruntées à la sophrologie, la thérapie cognitive et comportementale, et à la pleine conscience du moment présent qui l’ont aider efficacement à recouvrer un équilibre positif sur les aspects de sa vie qu’il m’avait évoqués.

En continuant c’est approfondissement et à la lumière de nouveaux élément qu’il me rapportait, je comprenais pourquoi Monsieur Jean souffrait d’anxiété et de besoin de reconnaissance.

 

Monsieur Jean à reçu une éducation assez stricte ou les valeurs du travail étaient prépondérantes. Ses parents avaient très bien réussi et son père exigeait beaucoup de son fils quant-il étudiait, tout en faisant peser sur son enfant la promesse de sanctions s’il n’obtenaient pas de bonnes notes à l’école. De plus son père n’étant pas particulièrement affectueux, et il du rechercher constamment cette approbation par des efforts constants. En vain parce que ce n’était jamais assez bien pour son père.
A première vue nous pouvons déjà présupposer que Jean à intérioriser la réussite comme un valeur affective importante. Maintenant nous allons relier les éléments entre eux:

 

1. Il se doit d’en faire toujours plus pour mériter l’attention de son patron qui représente l’autorité paternelle. (dépassement de ses propres limites et rapport affectif au père)

2. Il a peur de cette pseudo-autorité parce qu’elle fait peser inconsciemment la promesse d’une sanction s’il ne mène pas à bien  ses affaires. (peur du père)

3. Il anticipe anxieusement les projets à venir par peur de ne pas être à la hauteur. (manque de confiance en soi)

 

Thérapie du stress

 

 

  • Pour réduire efficacement les tensions corporelles, j’ai proposé à Jean de la sophrologie basée sur des techniques de mobilisation musculaire pour évacuer les tensions nerveuses, un protocole de relaxation quotidien avec de la respiration rythmique pour se recharger en énergie positive, ainsi que la respiration en pleine conscience pour lui permettre de se recentrer quand il se retrouvait à cogiter mentalement.

 

  • Ensuite je lui ai proposé d’identifier ses projections négatives en les notant sur un carnet qui lui servait de journal de bord. Ainsi nous disposions d’éléments suffisamment conséquents pour approfondir ses mentalisations.

 

  • Je lui ai recommandé d’apprendre à s’observer en faisant la distinction entre son EGO et son MOI profond qui représente la partie saine en lui, et qui n’est pas entachée de ses mécanismes de défenses.

 

  • Nous avons mis en place des points d’ancrage permettant de faire face à des situations anxiogènes afin de retrouver des ressources efficaces.

 

  • Nous avons effectué un travail permettant d’exprimer ses émotions refoulées

 

  • Nous avons redéfinis ensemble ses besoins et mis en place des stratégies de développement personnel par des techniques d’affirmation de soi et d’exposition graduelle devant les situations anxiogènes. Par cette approche de désensibilisation, il put faire face et développer des potentialités qui jusqu’ici étaient restées latentes.

 

 

 

CONCLUSION

Nous  pouvons faire le constat que si nous négligeons des parties importantes de la personnalité d’un sujet, en lui recommandant simplement de pratiquer certaines activités de détentes ou d’ingérer pendant un temps des antidépresseurs de la pharmacopée traditionnelle ou encore des comprimés homéopathiques sans une compréhension de ses mécanismes psychiques, nous ne ferons  qu’étouffer les véritables problèmes en cause. Sans un soutien psychologique ou une thérapie adaptée aux besoins du patient nous retrouverons inéluctablement les mêmes mécanismes en jeux quand l’individu se retrouvera en face de situation non résolues. Je recommanderai alors à tous ceux qui sont en prise avec le stress de ne pas négliger leurs symptômes. Ceux-ci peuvent dissimuler des problèmes psychiques beaucoup plus importants. Un entretien avec un thérapeute sera nécessaire si le stress perdure pendant de longues périodes et revient régulièrement.

 Téléchargez les séances MP3

Libérez-vous du stress!
Comment éteindre son mental!

 

 

 TARIFS DES CONSULTATIONS:

 

 

 

 

 

 

 

·

 

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
LE STRESS, 10.0 out of 10 based on 1 rating