Exhorter le refoulé pour atteindre à la liberté! Le refoulement est à l’œuvre dans les plus infimes comportements du quotidien et s’exprime sous forme de lapsus, actes manqués, rêves et autres symptômes fortement pathologiques.

 

 

 k8316218

 Si J’aborde aujourd’hui un thème sur lequel repose tout particulièrement l’édifice de la psychanalyse, c’est que sans la compréhension de ce mécanisme de défense vous ne pourriez accéder à vos zones d’ombres et comprendre pourquoi vous reproduisez toujours les schémas pathogènes. En décrivant les autres mécanismes de défenses qui font suite au refoulement, vous comprendrez d’où viennent vos phobies, vos symptômes, vos conduites addictives et autres comportements obsessionnels (TOC).

 

Le refoulement est à l’origine de notre inconscient et il absorbe inutilement notre énergie. Comment rendre conscient nos pulsions refoulées? Est-ce qu’une simple prise de conscience de ses images, idées ou souvenirs interdits nous suffit-elle à nous en décharger? Allons vérifier ensemble ces grands principes analytiques en commençant par comprendre ce qu’est le refoulement?

Définition du refoulement

k2352088

Le refoulement est un mécanisme de défense normal. C’est pourquoi tout le monde le pratique à des degrés divers en cherchant, consciemment ou inconsciemment, à mettre « de côté » des pulsions ou des souvenirs générateurs d’angoisses et de déplaisir. Lorsque la conscience ne peut accepter certaines pulsions, certains désirs, nous vivons un conflit entre le principe de plaisir et le principe de réalité, entre la satisfaction et l’interdit. Une stratégie de défense se met alors en place, qui fait passer ces  » indésirables  » dans l’inconscient, en les effaçant même de la mémoire. Un mécanisme de défense est un processus de défense élaboré par le Moi sous la pression de notre code moral et de la réalité extérieure, et permettant de lutter contre l’angoisse. Le refoulement fait retourner à l’inconscient des représentations liées à des pulsions, mais ce n’est jamais la pulsion qui est refoulée, mais sa  représentation. (La pulsion a deux aspects: l’affect et la représentation). L’émotion (l’affect) n’est jamais refoulée. . La charge affective, ou affect, va tenter à nouveau d’émerger, et ce sera le retour du refoulé qui s’exprimera dans les rêves, les actes manqués, les lapsus… etc. Rien ne subsistera de la représentation première si ce n’est l’affect qui va provoquer de l’angoisse.

 

Le retour de refoulé

Le motif et la finalité du refoulement ne sont rien d’autre que l’évitement du déplaisir, mais le refoulé exerce, en direction du conscient, une pression continue qui doit être équilibrée par une contre pression. Maintenir le refoulement suppose donc une dépense constante d’énergie. Donc quand l’énergie vacille ou que la représentation refoulée a eu un impact très fort sur le sentiment de culpabilité, le refoulé trouve  une formation de substitut. Voyons à présent comment le refoulement se dégage de la représentation refoulée en substitut.

 

 

La formation réactionnelle

La formation réactionnelle : c’est une attitude qui s’oppose à un désir refoulé et qui se constitue en réaction contre celui-ci. C’est donc d’abord un refoulement, puis un contre-investissement dans un élément conscient de force égale. Dans la névrose obsessionnelle par exemple le sujet fera preuve de pitié envers les êtres vivants, alors que son agressivité inconsciente vise telles personnes particulières. Un adolescent est conscient de son agressivité, mais pas de sa tendresse. Il est aussi conscient de sa pudeur, mais pas de son exhibitionnisme. Il transforme ainsi quelque chose d’inacceptable en quelque chose d’acceptable (tendresse vis à vis d’un petit frère en réaction à la jalousie agressive refoulée).

Autre exemple, la personne qui passe son temps à tout nettoyer, ne peut tolérer la saleté, et réagit en réaction à son désir anal, ce qui lui permet de toucher la saleté tout en respectant son Surmoi et les exigences extérieures. La formation réactionnelle concerne essentiellement la pulsion anale et ses dérivés (conformisme, propreté, honnêteté…) pour justement lutter contre (contre la saleté, contre l’avarice, contre le désordre…). Quelquefois, il y a émergence du refoulé.

 

Dans la névrose obsessionnelle, ce mécanisme est typique, caricatural, inapproprié, pathologique. La formation réactionnelle peut être utilisée par tout le monde mais de façon adaptée, ponctuelle: c’est alors un « mécanisme de dégagement ».

 

La formation réactionnelle se retrouve dans la névrose hystérique. La différence ne présente pas la généralité des traits de caractère de la névrose obsessionnelle mais se limite à des relations tout à fait électives. La mère qui traite ses enfants  avec une tendresse excessive, alors qu’au fond elle les hait.

 

L’isolation

De façon similaire ce mécanisme de défenses typique de la névrose obsessionnelle consiste à isoler une pensée ou un comportement de son affect, de son contexte affectif. Certain sujets se défendent contre une idée, une impression, une action en l’isolant du contexte. Par exemple, j’ai eu de pensées fantasmatiques que je m’interdis, alors je dévie sur une autre représentation qui deviendra tout aussi obsédante (Manger sainement: adepte du végétarisme ou de la macrobiotique à l’excès).

 

 Le retournement sur soi

Cela concerne principalement la pulsion agressive. L’affect est reconnu puis retourner sur la personne. Par exemple le sadisme se retourne vers soi et est appelé masochisme. Les deux processus peuvent évidemment fonctionner dans le sens opposé; transformation de la passivité en activité. A côté du renversement de l’activité en passivité Freud à envisagé un renversement « du contenu » ou renversement « matériel »: celui de l’amour en haine.

Par exemple l’agressivité vis à vis de quelqu’un qu’on a aimé, ce qui est une façon de se détacher de la personne. Autre exemple, le voyeurisme qui se transforme en exhibitionnisme. Notons que dans le mécanisme du retournement sur soi, le voyeurisme devient du narcissisme, voyeurisme sur soi.

 

 

 La rationalisation :

La rationalisation : procédé par lequel le sujet cherche à donner une explication cohérente, logique, acceptable, morale à une attitude, un sentiment dont il ne perçoit pas les véritables motifs. Le sujet se protège de ses affects (charges émotionnelles négatives) en rationalisant. On peut rencontrer (des comportements homosexuels masculins expliqués par la supériorité intellectuelle et esthétique de l’homme par exemple) ou de compulsion défensive (rituel alimentaire expliqué par le sujet par un souci d’hygiène). On parle aussi d’intellectualisation et je dois reconnaître qu’elle est fréquente en consultation surtout chez les hommes.

 

La dénégation et déni de la réalité

Le déni  de la réalité consiste en un refus par le sujet à reconnaître la réalité d’une situation traumatisante. Par exemple le déni de grossesse: Une jeune adolescente refusant d’admettre la réalité de sa grossesse et dissimulant celle-ci à elle-même et à son entourage jusqu’à l’accouchement). Dans le cas d’une psychose il y a véritablement négation de cette réalité extérieure à laquelle se substitue une idée subjective fantasmée. Le schizophrène, par exemple, s’invente un monde déréel.

 

La dénégation

La dénégation est un procédé par lequel le sujet, tout en formulant ses désirs, pensées et autres sentiments jusqu’ici refoulé, continue à s’en défendre en niant qu’il lui appartienne.

 

La sublimation

La sublimation est une transformation des pulsions sexuelles vers des activités artistiques intellectuelles et religieuses. L’interdit concerne des pulsions refoulées par la morale (le sexe est avilissant par exemple).

 

 

 Comment rendre conscient le refoulé?

images (11)

Nous venons de mettre en  lumière divers mécanismes de défenses qui découlent du refoulement. Les phobies, les névroses obsessionnelles, et autres symptômes peuvent concernés directement le refoulement. Tout ce qui est refoulé est inconscient. La prise de conscience du refoulé n’inclut pas systématiquement la levée du symptôme. Parfois il est même préférable de ne pas chercher à rendre conscient ce qui est à l’origine de nos angoisses. L’interprétation  en psychanalyse qui amène à la prise de conscience de la représentation négative doit être corrélée avec la catharsis (méthode thérapeutique permettant une décharge émotionnelle auxquels ses affects sont liés).

 

En hypnose et en sophrologie, nous pouvons par l’entremisse de la relaxation  réactiver des événements refoulés et les ramener à la conscience  sans que le sujet en soi trop affecter. Une reconfiguration de la situation  (refoulée) dite traumatique peut-être alors transformée par la suggestion du thérapeute. Ceci étant, des renforçateurs comportementaux pourront être envisagés afin de reconditionner le sujet de façon optimale. Ces renforçateurs impliquent une désensibilisation systématique d’une conduite obsessionnelle ou phobique par exemple en approchant graduellement  la situation pathogène.

 

Si l’analyse permet de comprendre, notre inconscient fonctionne en pilote automatique et à créer des associations neurologiques. Ces associations sont des événements ultérieurs qui se sont greffés au premier traumatisme. Une odeur, une musique, une image, une sensation réactive le refoulement primaire. Je constate par l’expérience que relier les événements entre eux est la condition pour éliminer les rejetons du refoulé.

 

 

MERCI DE BIEN VOULOIR RÉPONDRE À CE SONDAGE!

SONDAGE

Si vous avez lu l’article jusqu’à la fin et qu’il vous interpelle, je vous invite à me faire part de votre vécu, de vos mécanismes de défenses en me laissant vos impressions ci-dessous ou en m’appelant pour un entretien d’orientation.

 

 Téléchargez les séances MP3

Libérez-vous du stress!
Comment éteindre son mental!

 

 

  TARIFS DES CONSULTATIONS:

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.7/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Le refoulement, 4.7 out of 10 based on 3 ratings