Simplifiez-vous la vie en allant avec le courant !

 

Les gens cherchent en général des solutions compliquées parce qu’ils perçoivent les problèmes comme des obstacles. Et les obstacles comme vous le savez, doivent être surmontés avec une grande quantité d’efforts. Et si vous cultiviez l’habitude de choisir la solution la plus simple au problème qui arrive ?

 

Suivre le courant

 

 

 

Si vous êtes en état d’équilibre avec le monde qui vous entoure, vous verrez une multitude de signes qui vous guide pour vous guider, mais dès que votre esprit essaye de prendre une décision « censée et obstinée », vous nagez à contre-courant. Par exemple, vous avez besoin de quelque chose mais vous ne savez pas exactement où elle se trouve. L’esprit suggèrera l’option la plus raisonnable, mais aussi la plus souvent compliquée. Vous cherchez aussi loin que vous pouvez, pour au final vous apercevoir que l’objet se trouvait juste à côté de chez vous. Si l’importance du problème avait été moindre, l’esprit n’aurait pas cherché une solution complexe. L’autre exemple est d’avoir une liste de choses à faire et vous tentez de suivre un ordre déterminé. Vous ne devez pas y penser. Si suivre un ordre déterminé n’est pas d’une grande importance, faites simplement les choses comme elles arrivent. Déplacez-vous avec le courant, vous ferez beaucoup de découvertes extraordinaires si vous vous laisser porter par le courant.

A chaque fois que vous devez trouver un genre de solutions, demandez-vous quelle est la méthode la plus simple de chercher la solution. Dès que quelqu’un ou quelque chose vous distrait ou vous induit en erreur, ne vous dépêcher pas d’y résister activement ou de l’éviter. Essayez d’activer votre observateur extérieur, et regardez ce qui se passe. Ne vous précipitez pas non plus pour rejeter le point de vue de quelqu’un, et pour trouver des arguments contraires. Laissez le jeu se développer autant que possible de lui-même sous votre observation.

 

 

Les signes indicateurs

 

 

La forme le plus répandue et connue sont les présages, mais sont-ils vrais ? Les stéréotypes sociaux sont bien établis, et les présages communément admis ne peuvent en eux-mêmes servir de loi ni même de règle. Par exemple, voir un chat noir passer devant soi, ne porte malheur qu’à l’attitude  de ce dernier envers ce présage particulier. Si vous n’y croyez pas, mais rester dans le doute, l’influence des présages s’affaiblit, mais reste effective néanmoins. Si vous n’y croyez pas du tout et n’y porter pas attention, ils n’auront aucune influence, quoi qu’il vous arrive dans votre vie. C’est simple, vous obtenez ce que vous permettez dans votre scénario.

Si les présages n’ont en eux-mêmes aucune influence sur les événements de nos vies, alors de quels signes indicateurs parlons-nous ? Les signes indicateurs sont des signes avant-coureurs d’événements qui apporteront des modifications substantielles au courant de la vie. Si vous vous attendez à une sorte de tournant dans votre vie, alors un signe peut-être tout à fait insignifiant pourrait apparaître pour vous indiquer qu’il est sur le point d’arriver.

Le signe porte en lui-même une indication sur la particularité du prochain virage. Si vous associez le signe avec une sensation déplaisante et qu’il vous remplit de crainte, méfiance, surprise désagréable, inquiétude, inconfort, çà, signifie alors que le signe annonce un tournant négatif des événements. Mais dans tous les cas s’ils sont ambigus, alors n’essayez pas de les interprétez. Ne vous en inquiéter pas outre mesure, ni lui attribuer de l’importance. Il peut cependant vous avertir à la prudence, telle une alerte que vous devriez faire plus attention, ou que vous devriez changer votre comportement, ou cesser à temps de faire quelque chose, ou encore choisir une autre direction pour vos actions.

Les signes peuvent prendre des formes les plus variées. Nous pouvons pester contre une personne qui bloque le passage et nous mettre en retard. Nous nous donnons toutes les bonnes raisons de justifier notre mécontentement : « Mon patron va être en colère contre moi et je risque un avertissement ;  je vais rater mon entretien d’embauche ; je vais arriver en retard pour la séance etc. » Un autre exemple pourrait être, que j’essaye de faire quelque chose et que cela ne se passe pas très bien, quoi que je fasse. Peut-être que vous vous obstinez sur une voie sans issue et que vous n’avez tout simplement pas besoin de poursuivre dans cette direction.

Pour l’exemple, j’ai eu une infiltration dans la jambe pour un conflit du tendon avec une prothèse, et je devais me rendre à Paris 09. Je me suis vite retrouvé dans les embouteillages, et voyant l’heure tournée, je commençais malgré moi à stresser. Comme nous savons que le stress est lié à l’importance, et de l’importance, il y en  avait beaucoup car cela faisait trop longtemps que je souffrais, et je voulais en finir. Lorsque je suis arrivé tout juste à l’heure, l’infiltration a été faite. Peu de jours après, aucune amélioration. Il va sans dire que le signes indicateurs (embouteillage-stress) me donnaient à comprendre qu’il fallait lâcher-prise, et que je poursuivais un voie sans issue.

 

 

Ce qui peut paraître étrange, les signes indicateurs les plus clairs, et les plus précis sont souvent des phrases exprimées spontanément par d’autres personnes. Si quelqu’un essaye de vous imposer son opinion n’y faites pas attention. Mais si quelqu’un vous mentionne spontanément quelque chose qui vous apparaît comme une recommandation sur votre  manière d’agir, prenez-là très au sérieux. D’une autre façon, les phrases sans pensées vous sont adressées lorsque votre esprit est en veille. Ou quand vos pensées sont dirigées vers quelque chose d’autres. Quand l’esprit sommeille, l’âme parle, et l’âme est directement reliée  à l’information juste contenue l’espace des variantes…

L’inconfort interne est aussi un signal très clair, mais nous n’y prêtons pas attention dans la plupart des cas. Si vous devez prendre une décision, personne ne sait mieux que votre propre âme comment faire. Comprendre ce que l’âme veut nous dire est souvent très difficile. L’important est de se rappeler comment était votre ressenti lorsque votre esprit a pris cette décision.

Ces ressentis peuvent se décrire comme « je me sens bien » ou « Je ne me sens pas bien » Votre esprit essaye sans arrêt de justifier et prouver ses raisons de toutes les manières. A ce moment même, vous faites face à un choix. Oui ou non. L’esprit réalise que l’âme dit non, mais prétend ne pas avoir entendu le chuchotement de l’âme. Donc l’esprit avance des arguments persuasifs pour soutenir son oui, fondé sur « un raisonnement raisonnable. Après avoir lu ces lignes, rangez-les quelque part dans votre mémoire et la prochaine fois que vous avez à prendre une décision, rappelez-vous en. Vous verrez que tout prend place exactement tel que décrit ci-dessus.

Autrement dit, si vous devez vous convaincre vous-même et vous persuader en disant oui, alors ça veut dire que votre âme dit non. Quand votre âme dit oui, vous n’avez pas à vous persuader de quoi que ce soit.

Portez une attention toute particulière aux désirs et actions qui peuvent changer dramatiquement le cours de votre vie. Si vous avez la possibilité de refuser ce désir, alors faites-le. Il vaut mieux refuser les désirs qui évoquent l’inconfort, le doute, l’appréhension ou le sentiment de culpabilité. Cela simplifiera votre vie et vous libérera de beaucoup de problèmes.

 

La puissance de l’intention

 

 

 

 

 L’intention interne

Nous pouvons définir l’intention comme un désir de réaliser nos objectifs. Il y a une profondeur, alors que les pensées qui ne font traverser votre esprit ne sont que de la mousse sur la crête des vagues. Ce ne sont pas vos pensées exactes à propos de l’objet désiré qui font que les choses arrivent, mais quelque chose d’autre à la place, quelque chose de difficile à mettre en mots. Le secret est que ce n’est pas le désir lui-même qui apporte la réalisation, c’est l’orientation vers le désir qui permet de le réaliser. L’intention est la détermination à avoir et à agir.

Un désir seul ne vous amènera nulle part. Par exemple plus grand est le désir, plus forte est la contre action des forces d’équilibrage (définit dans les précédents articles). Notez bien ceci : le désir est dirigé vers le but lui-même, mais l’intention est dirigée vers le processus d’atteindre le but. L’intention se réalise par l’action. L’intention ne se demande pas si le but est atteignable ou non. La décision est prise, il reste donc uniquement à agir. Il est donc inutile demandé à Dieu, où à toute autre puissance. Les lois de l’univers n’ont rien  à faire de vos complaintes, sentiments de douleurs et autres gémissements. Demandez créer un potentiel en excès dans la mesure où les lois de l’univers entendent qu’il vous manque quelque chose. Les paramètres de vos radiations mentales envoient l’idée du manque, et ils vous renvoient le manque. La seule chose qui ait du sens, c’est d’avoir l’intention de choisir ; Si aucune loi n’a été bafouée, vous obtiendrez alors ce que vous voulez. Un choix n’est pas une demande, c’est votre détermination à avoir et à agir.

L’intention ne crée pas de potentiel excessif, parce que l’énergie du potentiel créée par le désir se dépense dans l’action. Le désir et l’action sont réunis par l’intention. Le potentiel naît quand, il n’y a que  des attentes et des pensées excessives qui vous vident de votre énergie.

 

L’intention externe

Vous avez compris maintenant que l’intention interne est une combinaison de désir et d’action. L’intention externe c’est d’étendre l’action de l’intention vers le monde environnant. Cette maxime va vous permettre de mieux comprendre.  « Si Mahomet ne va pas à la montagne, c’est la montagne qui vient à Mahomet. »

Nos peurs et pires attentes sont réalisées par l’intention externe. Elle opère indépendamment de notre volonté et nous ne sommes pas conscients de la manière dont tout cela se passe. Supposons que vous êtes certain du fait que vous ne trouverez pas de place pour vous garer à Paris aux galeries la Fayette un jour qui précède Noël . Votre intention interne s’exclame : « Ou trouverais-tu une place de parking en ce moment ? « Après tout, tout le monde est occupé à faire du shopping. L’intention externe de l’autre côté, prend ce qui lui revient. Vous roulez en direction du magasin et au même moment une place se libère pour vous. Vous croyez simplement en cette possibilité. La nature de l’énergie mentale peut se manifester de trois façons différentes : le désir, l’intention interne et l’intention externe. Le désir concentre l’attention sur le but lui-même et n’a pas de pouvoir. Vous pouvez penser au but et le désirer, mais rien ne changera à cela. L’intention interne se concentre sur le processus d’u mouvement en direction du but. Cela fonctionne mais demande beaucoup d’efforts. L’intention externe se concentre sur la façon dont le but se réalise de lui-même et le choisit. On pourrait décrire l’intention interne avec la formule suivante : « J’insiste pour que… » Dans une course vers le but sans tenir compte des obstacles. Alors que l’intention externe est orientée est un processus de réalisation indépendante du but. Ce n’est pas une course parce que la but est déjà acquis. Le but qui sera atteint est au-delà de tout doute et n’est pas sujet à discussion.

 

 

Purifier l’intention

 

 

L’intention externe est un pouvoir à la fois immense et incompréhensible. Elle a quelque chose à voir avec le contrôle tout en rejetant le contrôle. C’est la volonté d’agir et le rejet de toute pression créée par la volonté. C’est la détermination à avoir et le refus de faire des efforts pour obtenir quelque chose. Alors comment obtiendrez-vous la détermination à obtenir en rejetant toute influence directe ? Vous devez maintenir l’équilibre de l’intention. Ce qui veut dire vouloir sans désirer, vous intéresser, sans vous inquiéter, faire des efforts sans être emporté, et agir sans insister. C’est toujours l’importance qui perturbe l’équilibre. Comme vous le savez, plus le but est important, plus il sera difficile de l’atteindre. L’expression « si voulez vraiment quelque chose, vous l’obtiendrez à coup sûr » fonctionne tout à fait à l’inverse si vous êtes « hyper anxieux » et que vous faites des tentatives désespérées pour obtenir ce que vous voulez. L’anxiété se produit parce que vous n’êtes pas tout à fait convaincu que vos souhaits seront exaucés. Comparez les deux attitudes suivantes. La première : « je veux vraiment obtenir ce que je veux. C’est une question de vie ou de mort. Je dois l’avoir, peu importe si j’y laisse des plumes, j’y mettrai tous mes efforts. » Et maintenant, la seconde : « Bien, d’accord. J’ai décidé que j’obtiendrai ce que  veux. Je le veux après tout. Donc où est le problème ? Je l’aurai, et c’est ainsi. » Il n’est pas difficile de savoir la quelle de ces deux propositions sera gagnante.

 

L’intention pure ne crée jamais de potentiel en excès. L’intention suppose que tout est déjà décidé : « J’ai simplement décidé que ce serait ainsi. C’est un fait presque réel. C’est le savoir serein que c’est exactement ainsi que les choses seront. Le désir à une incidence sur la représentation des lignes de vie. Je veux l’avoir mais j’ai peur de ne pas l’avoir. Alors, je pense à l’échec et j’irradie de l’énergie à la fréquence de ces lignes de vie qui incluent l’échec dans le scénario. L’intention agit exactement de la manière opposée : je sais que j’aurai ce dont j’ai besoin. Pour moi, cette question est déjà résolue. Donc j’irradie de l’énergie à la fréquence de ces lignes de vie où j’ai déjà ce que je veux.

Pour accéder à l’intention externe, vous devez obtenir l’accord entre l’âme et votre esprit. Cela ne peut se faire quand l’importance est présente. L’importance projette sur l’esprit une fenêtre fermée, alors que l’âme voit la fenêtre ouverte juste à côté. L’âme chuchote à l’esprit ce qu’elle veut. Elle s’est incarnée pour en faire l’expérience, mais l’esprit reste emmené dans des représentations communément admises, ou il est « difficile d’atteindre ses objectifs ».

L’intention interne est la détermination à agir.

L’intention externe est la détermination à avoir.

Afin de baisser l’importance de votre but, vous devez accepter à l’avance de subir un échec.

Quand vous aurez enfin accepté l’échec, ne passez plus de temps à y penser,  et mettez-vous en marche vers votre but.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Dirigez votre vie 3, 10.0 out of 10 based on 2 ratings