Si vous avez un but, l’argent ne doit pas être le but, ni le moyen d’atteindre le but !

 

 

S’il est évident qu’il faut de l’argent pour atteindre certains objectifs, n’en délaissez pas pour autant votre objectif. Beaucoup font l’erreur d’envoyer un message vibratoire dans l’univers attestant que vous n’avez pas assez d’argent pour atteindre votre objectif. J’ai déjà parlé des balanciers dans diriger votre vie (1), et ils se chargent de vous transférer sur une ligne de vie, où il y aura de moins en moins d’argent pour vous. Les paramètres de telles radiations correspondent à des lignes de vie financièrement pauvres.

 

Il est difficile d’aimer l’argent sans vouloir le posséder. Par conséquent, il est pratiquement impossible d’éviter des relations de dépendance. Il est particulièrement dangereux de tomber dans l’anxiété d’avoir de moins en moins d’argent. La peur apparaît être une des émotions les fortes en énergie. Si vous tombez dans ce piège, vous devez éliminer tout de suite la cause du potentiel en excès qui est l’extrême désir d’avoir de l’argent. Pour commencer, acceptez que vous en soyez satisfait, et qu’il ne se déverse pas vers vous comme un fleuve pour le moment. « Attention, ceci s’adresse avant tout aux personnes qui ont un niveau de vie acceptable, je ne mentionne pas ceux qui n’ont plus de quoi se nourrir, se loger, décemment et qui sont sous le joug d’une spirale qui les ont entraînées vers la bas » Je mentionne ceux qui ont font un bût malsain, et les autres qui épargnent au maximum parce qu’ils ont trop peur d’être sans ressources. Leur argent ne sert même pas un objectif, et ne vas nulle part. L’argent doit être dépensé régulièrement pour qu’il y ait des mouvements énergétiques. A l’endroit où il n’y a aucun mouvement, un potentiel apparaît. Ce n’est pas une coïncidence si les gens fortunés s’investissent dans des œuvres charitables.

 

 

L’importance

 

 

Il existe deux formes d’importance – interne et externe. Votre importance individuelle, peut-être la surestimation de vos qualités ou défauts ; Cela correspond généralement à : « Je suis une personne importante » ou j’ai un travail important » etc. Si votre ego est excessif, les forces d’équilibrage se retournent contre vous. Quand vous attribuez une importance externe : à un objet, à une situation, vous devenez  dépendants des événements, et vous réagissez  par des sentiments et des émotions négatives telles que : l’indignation, agacement, anxiété, angoisse, dépression peur, panique, désespoir, attachement, sentiment d’abandon, idéalisation surestimation arrogance, dégoût, ressentiment etc.

Nous savons que ce qui fait avancer le monde, ce sont les désirs de créer, d’évoluer, d’aimer, de procréer etc. Pour nous c’est important, c’est dans nos gènes, dans notre nature. La recherche du bonheur confère de la valeur à, ce que nous définissons comme important. Ce qui est important donne du sens à la vie, et on ne peut pas l’ignorer, parce que sans cette notion  de valeur, point de vie. La nature trouve seul son équilibre, malheureusement, nous laissons rarement la nature faire les choses, parce que nous éprouvons un besoin irrépressible de tout contrôler. Dans le  monde des plantes, il n’y a rien qui ressemble à l’importance. Il n’y a que l’opportunité du point de vue de l’équilibre. Point besoin de s’étendre plus, vous l’avez compris, réduire l’importance de manière significative les problèmes de votre vie, mais vous obtiendrez un trésor comparable à la liberté de choix.

Si vous pouvez apercevoir clairement les obstacles sur votre chemin, voir les fondations sur lesquelles ils sont tous construits n’est pas facile. Si vous rencontrez une situation problématique, essayez de déterminer où vous êtes allé trop loin, ce à quoi vous vous êtes attaché, et ce à quoi vous avez attribué une signification excessive. Identifiez toute importance excessive et rejetez-là. Le mur commencera à s’écrouler, les obstacles seront supprimés et le problème se résoudra sans votre aide. Ne surmontez pas les obstacles. A la place, commencez par réduire leur importance.

Réduire l’importance ne signifie pas combattre vos sentiments et les supprimer. Les émotions et sentiments excessifs sont les conséquences de l’importance. Vous devriez éliminer la cause, qui est votre attitude envers un événement ou un objet.

Réduire l’importance n’a rien à voir avec la négligence ou la sous-estimation. La négligence est un de l’importance avec signe moins. Ne vous demandez pas si les gens sont bons ou mauvais. Acceptez le monde sous tous ses aspects quotidiens.

Réduire l’importance interne (votre propre importance)  n’a rien à voir avec la résignation ou l’auto-humiliation. Acceptez-vous comme vous êtes. Permettez-vous le luxe d’être vous. N’exaltez pas et ne minimisez pas non plus vos qualités et défauts. Tendez vers votre paix intérieure. Si vous n’êtes pas important, vous n’êtes pas dénué de valeur non plus.

Pour réduire l’importance, il est nécessaire de se rappeler et de réaliser que le problème est là en tant que conséquence d’un excès d’importance. Les pensées d’un homme sont capturées par l’importance, de la même manière que les muscles se tendent involontairement. Par exemple quand quelque chose vous ennuie, les muscles de votre dos et de vos épaules ses contractent en spasmes. Vous ne vous rendez pas compte de cette tension jusqu’au moment où vous commencez à sentir de la douleur qui y est associée. Alors que si vous vous en étiez rappelé à temps, vous auriez pu relâcher cette tension.

La recette du succès pour réduire l’importance est de faire les choses avec spontanéité, improvisation, ainsi qu’une attitude légère et uniquement par sécurité. Ne « préparer sérieusement et avec attention » ce qui ne ferait que gonfler l’importance. Le potentiel de l’importance s’évapore avec l’action. Ne pensez pas, agissez ! Vous serez plus efficace dans tout ce que vous faites, si vous ne focalisez pas votre attention sur vous-même et sur le résultat mais sur le processus…

Vous avez sans doute anticipé un événement à venir de façon très négative et au bout du compte vous vous êtes aperçu que tout s’est passé très bien ? La situation opposée est aussi valable, vous ne prêtez pas beaucoup d’attention à une situation à venir et comme résultat vous obtenez des problèmes imprévus. Dans le premier cas, votre évaluation de l’événement est sortie du cadran dans une direction négative, alors que dans le second dans une direction positive. Ce que vous recevez à la fin, est l’action cumulée des forces d’équilibrage. Les forces doivent rééquilibrer le potentiel en excès artificiel que vous avez créé et c’est ce qu’elles font. Eliminer l’importance ne doit pas être une stratégie de l’esprit consistant à prévoir le pire des scénarios, parce que cette intention est purement artificielle. Une telle intention est le produit de votre esprit et non de votre âme. Ne vous tromper pas vous-même !

Nous en arrivons à la conclusion qu’il est nécessaire de respecter le principe de l’équilibre dans tout ce que vous faites. Je dois vous mettre en garde de ne pas suivre ce principe fanatiquement, parce que vous induirez alors paradoxalement  un excès d’importance. Tout est dans la modération ? Le plus « important » est bien de vous garder de faire aller l’aiguille de l’importance en dehors du cadran.

 

 

La pauvreté

 

 

 

 

Si vous êtes né dans un environnement pauvre, il est fort probable que vous irradiez de l’énergie vers une vie misérable. Si vous ne ressentez que de la haine envers votre propre pauvreté, de la jalousie envers les riches, il vous sera difficile que votre désir d’être aisé soit exaucé. En fait plus vous haïssez quelque chose, quelqu’un, plus vous le rencontrer dans votre vie. Cela vous arrive et vous y penser, ce qui veut dire que vous mettez de l’énergie à la fréquence d’une ligne de vie sur laquelle cette chose existe en abondance.

Si un homme n’est pas prêt à agir pour obtenir ce qu’il veut, il ne l’obtient pas. Et il n’agit pas, parce qu’il est convaincu que ça ne sert à rien, parce que rien de bon ne lui arrivera. Vous pouvez rêver d’être riche, mais le désir à lui seul n’a aucun pouvoir. C’est votre intention, votre facilité d’agir qui permet d’avoir des richesses. Il y un abîme entre « vouloir » « et être prêt à avoir ». Dans les profondeurs de l’âme, le pauvre ressent qu’il n’est pas suffisamment digne de quoi que ce soit. Ce n’est pas que de venir riche est inconfortable, mais parce qu’il est éloigné de tout ceci. Un fauteuil neuf, c’est bien, mais le vieux est plus confortable.

Une personne pauvre ne voit que les signes extérieurs de la richesse : les maisons luxueuses, les voitures conteuses, les décors, les clubs…Si vous mettiez une personne pauvre dans un tel environnement, elle ne s’y sentirait pas bien. Et si vous lui donniez une mallette remplie d’argent, elle commencerait alors à  faire toutes sortes de choses stupides et au final aurait tout perdu. Tant que cette personne n’intègre pas les attributs de la fortune dans sa zone de confort, tant qu’elle n’aura pas appris ce que ressent le propriétaire de biens onéreux, elle restera pauvre.

L’autre obstacle sur le chemin de la richesse est la convoitise, et vous le savez très bien que la jalousie équivaut à être contrarié par le succès des autres. Ce qui revient à authentifier le fait que vous n’avez rien. C’est ainsi que le désir d’avoir devient une défense psychologique et se transforme en rejet. Le rejet se positionne sur un niveau subtil, parce que le subconscient comprend tout littéralement. La conscience de dévalue pas l’objet de la jalousie, alors que le subconscient prend tout au sérieux. Il intègre l’émotion de rejet de la jalousie sur les possessions des riches.

Une transition induite :

Le problème démarre toujours avec de difficultés financières temporaires. Si l’on en tombe pas  dans la colère, la dépression, l’agitation ou ne vous fâchez pas avec la vie à cause de ces difficultés, alors les balanciers ne vous soutireront pas d’énergie. Par contre si vous commencez par montrer de l’indignation, le balancier déjà bien armé vous fera tomber dans cette spirale négative ou rapidement tout ce qui touche à vos finances vont prendre un cours à la baisse : votre prochain salaire sera moindre, les prix vont augmenter, des incidents divers vous obligeront à mettre la main  la poche etc.

Notez bien qu’un événement malchanceux est en fait un processus dirigé que vous induit de vous-même en tant que responsable. Vous nourrissez votre anxiété par de ruminations mentales négatives et vous trouvez inévitablement toutes sortes  de situations venant confirmer votre anxiété. Dans cet état d’anxiété, vous créez un potentiel en excès tout autour de vous : mécontentement, agressivité, dépression, apathie, ressentiment, etc. La situation sort de votre contrôle et commence à se développer. Vous devenez fou furieux.

La seule manière pour éviter une transition induite est de ne pas attraper la queue de la spirale. Il ne suffit pas de savoir tout simplement comment le mécanisme fonctionne. Vous devez constamment garder à l’esprit qu’à chaque fois que vous acceptez le jeu d’un balancier par habitude, comme dans un rêve, c’est-à-dire, quand vous montrez du mécontentement, de l’indignation, de l’anxiété, quand vous prenez part à une discussion destructive.

Rappelez-vous tout ce qui fait réagir négativement est l’action des balanciers destructeurs.

 

 

L’espace des variantes

 

 

IL existe un champ d’information  dans l’univers, où quand de l’énergie est accordée à ce champ, ou à cette matrice, la modélisation se réalise sous forme matérielle. Plus simplement, votre pensée se matérialise si les conditions sont réunies. C’est de là que proviennent précisément l’intuition, les prophéties, les découvertes et les chefs-d’œuvre de l’art. L’art est basé sur l’inspiration, et le trait de génie et n’a rien à voir avec l’esprit. La poésie par exemple n’est pas que le résultat d’un assortiment de rimes, mais vient des profondeurs de l’âme. C’est notre subconscient qui accède à ce champ d’information et nous sommes incapables de savoir comment il procède. Que vous croyiez à ceci relève de votre propre choix. Si Transurfing n’est qu’un modèle de développement personnel et qu’il ne détient pas la vérité, vous avez toujours la possibilité d’expérimenter ce modèle. Il est difficile d’expliquer la connexion de l’âme avec le champ d’information car depuis le moment où l’esprit à commencer à utiliser des concepts abstraits, l’âme est restée dans les profondeurs. L’âme ne pense pas et ne parle pas, mais ressent et sait. Elle ne peut exprimer ce qu’elle sait avec des mots ou des symboles. C’est pourquoi l’esprit ne peut jamais être d’accord avec l’âme. L’esprit est toujours occupé avec sa propre conversation.

L’âme sait très souvent ce qui l’attend, mais l’esprit n’écoute presque jamais l’âme. Il est trop occupé à résoudre ses problèmes et reste convaincu que ces actions sont rationnelles. L’esprit prend des décisions résolues, gouverné par un raisonnement logique et le sens commun. La tâche consiste à ressentir et à identifier ce que votre âme dit à votre esprit, au moment de prendre la décision. Si vous n’avez pas un ressenti explicite, cela signifie que votre esprit ne sait pas encore écouter, ou que la réponse à votre question soit ambiguë. Dans ce cas vous devriez pas vous appuyer sur une donnée si imprécise. La seule chose qui reste à faire alors, est d’agir en accord avec les suggestions de votre esprit ou alors de simplifier la question.

 

Aller avec le courant ou nager à contre-courant.

Si vous faites partie de ceux qui sont juste là, sans prendre d’initiative ni faire aucun effort pour aller quelque part, et bien la vie vous dirige. En prenant une telle position, l’homme refuse sa propre destinée. Son choix d’avoir une destinée sera : « Qu’il en soit ainsi ». En étant d’accord avec une telle condition, l’homme affirme que l’on ne peut échapper à son destin. En  faisant ce choix, il remet ses espoirs à une puissance supérieure. Ce faisant il traverse la vie en tant que demandeur ou comme offensé. Le demandeur a donné d’autres toute la responsabilité sur sa propre destinée, en disant : « Tout est entre les mains de Dieu ». Et comme Dieu est charitable il exaucera vos vœux, et s’il ne le fait pas, c’est que c’est la volonté de Dieu. Vous connaissez surement la blague : Un homme prie Dieu de le faire gagner au loto, et celui-ci de lui répondre : « Tu pourrais au moins d’acheter un billet de loterie ! »

Si le rôle du demandeur ne lui convient pas, l’homme peut choisir une autre voix : prendre le rôle de l’offensé. C’est-à-dire exprimer son insatisfaction et exiger quelque chose qui est supposé être son bon droit. L’offensé en exprimant ses doléances, fait encore plus de dégâts à sa destinée. Voici une autre allégorie extrême  pour exprimer ceci. Un homme arrive dans une galerie de peinture, et n’aime pas l’exposition et considère qu’il a le droit d’exprimer son insatisfaction. Il trépigne, fait des menaces, demande à ce que l’on démonte l’exposition, forme des représailles etc. Il ne lui vient même pas à l’esprit qu’il n’est qu’un invité dans ce monde.

La première voie, tout comme la seconde semblent totalement absurdes et n’aboutissent nulle part. Préférez une voie totalement nouvelle : ne demandez pas et n’exigez pas, mais allez et prenez simplement.

Il y a maintenant la question, comment comprenons-nous la phrase « aller et prendre »? Et qu’est-ce qui doit être fait pour que nous puissions ‘aller et prendre » quoi que nous voulions. Toutes les réponses seront dans les prochains articles de : « comment dirigez sa vie? »

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Dirigez votre vie 2, 10.0 out of 10 based on 1 rating