Comment se faire comprendre si nous ne savons pas exprimer nos besoins avec clarté et déférence pour notre interlocuteur?

u18347301

 

Vous avez tous fait l’expérience d’une communication stérile, où vous avez eu l’impression de ne pas être compris (se), de parler dans le vide, de vous évertuer en vain à essayer de faire comprendre ce que vous ressentez. Vous croyez être suffisamment clair avec les autre, et vous vous énervez de devoir répéter incessamment les mêmes choses. Connaissez-vous les raisons qui vous empêchent de nouer des relations profondes, durables et nourrissantes avec vous-mêmes, et avec les autres qui vous entourent? Nous communiquons par la parole mais pas seulement, Il existe différentes façons de communiquer!

Aimeriez-vous pouvoir communiquer clairement ce que vous désirez, sans que vos propos soient mal interprétés? Aimeriez-vous communiquez avec confiance pour dénouer à la source, tous les conflits dans le couple? Aimeriez-vous communiquer avec transparence afin que l’on comprenne correctement vos besoins?  Alors essayez la communication non violente!

  La communication verbale et para-verbale

  • La communication para-verbale s’exprime par notre corps. C’est à dire, nos gestes, notre regards, notre posture et la tonalité de la voix.
  • La communication verbale s’exprime bien sur par les mots que précède notre pensée, par nos intentions qui elles-mêmes sont tributaires de nos croyances.

La difficulté de communiquer harmonieusement vient de notre incapacité à rentrer dans l’univers de l’autre, de comprendre son mode fonctionnement. Nous pensons que le monde partage les mêmes références que nous. Loin s’en faut! Les étrangers par exemple ont leur propre culture, les hommes et les femmes n’ont pas la même manière d’interpréter les choses.

 

 La communication non violente s’explique par le fait que nous sommes rarement avec la réalité telle qu’elle est, mais avec ce que nous croyons qu’elle est. Nous basons nos réactions sur nos impressions, nos croyances et nos préjugés, plutôt sur ce que nous ressentons vraiment. Nous agissons en fonction de critères extérieurs : l’habitude, la tradition ; le devoir imposé ou supposé (« je crois devoir, il faut que… ») Enfin faute de pouvoir comprendre les autres, nous leur imposons nos besoins, où nous attendons qu’ils les devinent.

 

1103eced

 L’objectif de la communication non violente vise à formuler des demandes claires et précises (concrète, réaliste, positive et négociable) qui permettent à nos besoins et aux besoins des autres à se concrétiser dans le quotidien.

Observer sans juger ni interpréter

Nous devons apprendre à distinguer la réalité des faits de notre interprétation. Notre interprétation repose sur l’émotion que suscite l’évènement. Toutes nos attitudes, toutes nos réflexions sont une lecture subjective de la réalité. En effet il rare que nous parvenions à observer une situation, à entendre une pensée sans aussitôt juger. Beaucoup de malentendus et de violence s’enclenchent, dans notre façon d’ouvrir le dialogue avec l’autre. Il faudra enlever le filtre de nos croyances, de nos préjugés ainsi que de nos émotions parasites.

 

Ressenti sans interpréter

Nous sommes souvent dans une confusion en ce qui concerne nos sentiments et nos besoins. De plus nos utilisons malgré nous, sans le savoir un langage qui agresse ou qui en tout cas n’invite pas à l’autre à répondre paisiblement à notre demande. Si vous demandez à une personne « Comment vous sentez-vous? » par rapport à une situation préoccupante, elle vous répondra « Je sens qu’il faut faire ceci ou cela…,Je sens que les choses doivent changer…, Je sens que c’est mal parti... » Convaincu d’avoir répondu par un sentiment parce qu’elle à exprimer « je sens que » n’est pas un sentiment, c’est un concept, un commentaire pas un sentiment.

Exemple:

  • (ressentir en interprétant)  » Je me sens vraiment manipulé, trahi par toi. »
  • (ressentir sans interpréter)  » Je me sens triste et découragé. »

Si nous voulons donc d’avantage savoir ce que nous vivons  par rapport à une situation, nous devons écouter notre sentiment en le formulant comme ceci: « je me sens inquiet, triste, déçu, etc. »

 

 

k1509697

Identifier nos besoins sans les projeter sur l’autre

Ne sachant pas toujours exprimer correctement nos besoins, nous agressons l’autre, ou nous utilisons la peur, la culpabilité et la honte comme moyens pour obtenir ce que nous voulons. Nous attendons souvent de l’autre qu’il prenne soin de nos besoins, alors que nous n ‘avons pas pris soin de les identifier. Nous formulons aussi nos demandes comme des exigences sans lui dire quel est notre besoin. Et si l’autre ne réagit pas comme nous le souhaitons, nous nous exprimons par des critiques, des reproches? des jugements: « Tu pourrais quand-même faire un effort…, tu est un égoïste…, si  tu continue, je m’en vais ou je te punis. »

Exemple:

  • (besoin non compris)  » Il est grand temps que tu changes et que tu apprennes la politesse! »
  • (besoin compris)  » J’ai besoin de sécurité dans l’organisation de mon travail, donc d’être rassuré sur le fait que je peux compter sur toi comme prévu. J’ai également besoin de comprendre si tu as un contretemps.

 

Formuler une demande concrète, positive,réalisable et négociable

C’est la demande qui donne un « possible » au besoin. Elle lui donne l’occasion de se concrétiser. La demande doit être réaliste et négociable. De sorte que nous pouvons intimement accueillir le désaccord de l’autre sans craindre de démissionner de nous-même. En pratiquant la méthode, nous acquérons, la confiance nécessaire pour tenter de chercher ensemble une solution qui satisfasse les deux parties, ou pour accepter au moins que nous sommes d’accord sur le fait que nous sommes pas d’accord.

Exemple:

  • (demande non exprimée) « …? » (Il y a peu de chances que la réaction de l’autre soit agréable et constitue une réponse satisfaisante à notre besoin)
  • (demande exprimée)  » Est-ce que tu es d’accord pour me faire part de ton sentiment et de ta réaction par rapport à mes besoins?

 

 

 

66148_10151283000803716_309984061_n

 

 

  OBSERVATION. Nous réagissons à quelque chose que nous observons ou que  nous entendons ou que nous nous disons.

 

  SENTIMENT. Cette observation suscite en nous un ou plusieurs sentiments.

 

  BESOIN. Ces sentiments nous renseignent sur nos besoins.

 

  DEMANDE. Ayant pris conscience de nos besoins, nous pouvons enclencher une demande ou encore une action concrète.

 

 

Je vous invite à faire l’exercice suivant: Observez sans juger, puis écoutez ce qui se passe en vous en termes de sentiments et de besoins.

 

Ne dites pas:

 » tu es en retards. C’est toujours la même chose avec toi! On ne peut jamais compter sur toi. »

Dites plutôt:

« Nous avions rendez-vous à 8h, il est 10h30 (observation). Je me sens fâché et inquiet (Sentiment)J’ai besoin de comprendre ce qui se passe, d’être rassuré sur le fait que je pourrai compter sur toi à l’avenir (besoin). Est tu d’accord pour en parler maintenant (demande).

 

Ne dites pas:

« Je suis dans la M…la plus totale. Rien ne va plus. C’est le B…dans ma vie, je suis juste bonne à aller me jeter sous un train. »

Dites plutôt:

« Je viens de perdre mon emploi et mon conjoint m’annonce qu’il veut se séparer de moi. (observation). Je me sens paniquée, impuissante, révoltée comme je n’ai jamais imaginé l’être (sentiment). J’ai vraiment besoin de temps pour y voir plus clair, et j’ai l’immense besoin de me faire confiance et de penser que je suis à même de traverser cette épreuve (besoin). Je vais me donner le temps d’intégrer tout cela avant de décider quoi que ce soit (demande).

 

Ne dites pas:

« Tu es nul! tu n’y arriveras jamais. Tu es un fichu bon à rien! »

Dites plutôt:

« Quand je lis ton rapport scolaire et que je vois les notes 5/10 en mathématique et 6/10 en chimie (observation). Je me sens vraiment inquiète (sentiment). J’ai besoin d’être rassurée, de savoir que tu perçois le sens qu’il y a à étudier ces matières, que tu trouves du plaisir à apprendre et que tu te sens bien intégré dans ta classe (besoin) et je voudrais savoir si tu serais d’accord pour que nous prenions le temps de parler de ce que tu ressens et de ce que tu veux à ce propos (demande).

 

Exercez-vous régulièrement à appliquer ces quatre axes de la communication non violente et renseignez-moi sur la tournure positive des évènements.

 

 k7041021

 

 

 Téléchargez les séances MP3

Libérez-vous du stress!
Comment éteindre son mental!

  TARIFS DES CONSULTATIONS:

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
La communication par la thérapie comportementale, 10.0 out of 10 based on 1 rating