Chasser le naturel et il revient vite au galop. Croyez-vous à cette maxime? Si vous y croyez, alors vous ne vous changerez pas et vous ne changerez rien dans votre vie!

 

 

 k14327352

 

 

 

Vous avez peut-être essayé de modifier certains travers de votre personnalité, ou peut-être qu’on vous a déjà fait le reproche suivant  » Tu ne changeras jamais! A chaque fois vous décidez avec une intention sincère de changer et à chaque fois cette belle résolution s’évanouie au bout de quelques jours ou de quelque mois. Mais pourquoi est-ce si difficile de changer?

 

 

Le changement

k7315311

 

 

 

Si vous avez entendu parler du concept d’impermanence, vous savez que tout est voué à s’éteindre et à se transformé. C’est dans la nature des choses et nous n’y pouvons rien. Cependant il faut faire la distinction entre ce qui peut être changé et ce qui ne peut pas. Ce que vous êtes aujourd’hui va inéluctablement changer pour le pire ou le meilleur, vos relations intimes professionnelles, sociales et familiales elles aussi vont se modifiées. L’environnement nous oblige constamment à nous adapter aux nouvelles technologies et parfois au détriment de notre évolution personnelle. Nous croyons évoluer et suivre le changement, mais en fait on vous dit ce qu’il  faut penser et comment il faut agir. A  des différents degrés nous nous laissons tous influencer par les médias et autres sources culturelles faisant de nous les marionnettes de la société. Où est passé notre libre arbitre, notre liberté de penser?

 

A titre individuel quand nous désirons changer, nous ne le faisons pas en fonction de nos vrais besoins, mais de ce que les autres exigent de nous. Déjà tout bébé, on nous change (les langes) et ensuite on vous apprend à vous changer (habille-toi) et enfin à changer. (Fais ceci et cela et tu seras aimé) .Vous saisissez que le changement est opérant dès notre venue au monde et qu’il perdurera  jusqu’à l’âge adulte. A cette étape de l’adolescence-adulte nous nous serons construits notre personnalité. Nous partons explorer le monde avec pour bagage des valises contenant chacune d’elles: nos croyances, nos valeurs, nos idéaux, nos préférences, et toute une étendue d’émotions et de sentiments qui définiront notre caractère et notre tempérament. Nous voici donc avec nos choix qui orienteront  nos trajectoires de vie. Ceux qui auront une base d’éveil de conscience suffisamment importante comprendront qu’ils avancent dans des directions opposées à leurs véritables élans. Ils ressentiront de l’inconfort et chercherons à comprendre le sens véritable de leur vie. Dans une large mesure, pour d’autres, le mode éducatif, le conditionnement ne sera pas remis en question. Ils suivront une voie toute tracée. Tout en se heurtant aux difficultés de la vie, ils attribueront la responsabilité de leurs problèmes où de leurs souffrances aux autres. Donc eux ne chercherons pas à changer parce que la simple idée de se remettre en question et de faire un travail d’introspection leur est insupportable.

 

 

 

 

 

 

L’inconscient

104

 

Il existe un autre phénomène ou un état de conscience modifié qui nous empêche de changer durablement, et vous l’avez compris c’est votre inconscient. L’inconscient est un réservoir d’information et contient toutes les données du passé et même d’un passé encore plus lointain que l’on nomme transgénérationnels. Nous avons non seulement hériter de nos ancêtres des ressemblances physiques, mais aussi une partie de leur histoire surtout quand celle-ci se base sur des traumatismes et autres secrets de famille qui se transmettent de générations en générations. Nous agissons à 99% de manière automatique, et seule la volonté de changer n’est pas suffisante. Nous pourrions faire tous les efforts possibles et ce serait une lutte en vain. De même l’inconscient ne laissera pas duper par les méthodes de développement personnel qui ne prennent en compte les blocages (cette partie immergée de l’iceberg). Donc pour changer profondément, l’inconscient doit reformater comme le disque dur d’un ordinateur. Et pour ce faire vous devrez vous adresser à un praticien expérimenté pratiquant la sophrologie ou l’hypnose. J’approfondirais plus longuement l’inconscient lors d’un prochain article.

 

 

Cassez les habitudes

images (5)

 

« Les habitudes ont la vie dure ». Expression que vous avez déjà sûrement entendue? Les habitudes créent notre zone de confort et il est difficile de changer pour aller vers l’inconnu. Alors pourquoi  préférerons-nous  continuer à vivre dans l’insatisfaction continuelle plutôt que de faire l’effort d’avancer vers une vie riche de sens et d’épanouissement? La réponse est simple « on sait ce que l’on quitte mais l’on ne sait pas ce que retrouve ». Or nous n’avons pas à prendre de risques quand on n’agit pas. Et cela sous-entend que si vous changer, les autres vont devoir aussi changer pour se réadapter. Votre entourage va émettre des réserves sur les décisions que vous allez prendre, ils ne vous encourageront peut-être pas, ils diront que vous êtes « inconscient » que vous n’êtes pas à la hauteur… En fait vous aller devoir garder le cap tout en faisant face aux détracteurs, et assumer la responsabilité de vos actes. Et comme il est préférable de ne pas rentrer en conflit dans une période de transition ou vous avez encore plus besoin des autres pour vous soutenir, vous céderez à la tentation d’abdiquer en vous trouvant des excuses légitimes tel que: « Je suis trop âgée de toute façon, je ne le sentais pas, j’attends de me sentir bien, c’est promis à la rentrée je change…

 

Nous sommes habitués au plaisir immédiat et le changement demande une détermination de tous les instants. La satisfaction immédiate c’est l’inconscient qui ne veut pas se priver de « la bonne part du gâteau » Ici sont  en œuvre les mécanismes de compensation.

 

Les mécanismes de compensation

 

 

Vous l’avez assurément compris! Les mécanismes de compensation sont ces habitudes négatives que vous avez prises consciemment ou inconsciemment pour ne pas ressentir l’angoisse de l’échec et de la frustration. Quand vous devez réaliser quelque chose qui vous tient à cœur, mais que vous avez peur de ne pas réussir, vous refoulez votre désir en compensant par des habitudes néfastes à votre organisme comme: l’alcool, la cigarette, la compulsion alimentaire, une sexualité débridée...et bien d’autres comportements psychopathologiques. Ceux-ci deviennent tellement habituels qu’ils finissent par s’enraciner comme une caractéristique de votre personnalité. Ainsi quand une situation vous échappe, vous dites « que vous êtes comme çà ». Vous vous êtes tellement identifié à votre rôle que vous ne remettrez jamais en question ce comportement. Vous pensez intérieurement que vous avez besoin d’agir de telle manière et vous le revendiquer haut et fort. C’est le cas par exemple des « colériques». Ils râlent tout le temps, se mettent en colère pour pas grand-chose, ne supportent pas d’attendre, on des principes très rigides. Par contre quand ces personnes se » retrouvent dos au mur » et qu’ils n’ont pas d’autre alternative d’admettre qu’il faut changer, un processus se met en place. C’est le processus d’évitement.

 

 

Le processus d’évitement

Le processus d’évitement est particulièrement manifeste chez les personnes souffrant de phobies. Ils évitent autant que possible de se confronter aux situations phobogènes et usent de subterfuges pour ne pas se retrouver dans des situations inextricables. Cependant on peut comprendre que la phobie des araignées par exemple ne nous incite pas à en chercher pour dominer nos peurs. Mais le processus d’évitement dont je parle est beaucoup plus subtil. Celui-ci se traduit de différentes façons et nous ne détectons pas toujours chez le partenaire ou l’interlocuteur qui utilise, un comportement et une communication stratégique. Attention! Lui-même en a rarement conscience. Et si vous lui en faites la remarque parce que vous avez analysé son jeu, il risque de claquer la porte et toute tentative de lui faire comprendre qu’il eut été mieux d’aborder le sujet de telle manière sera vaine. Le processus d’évitement est un besoin de réassurance. On va s’entourer de gens qui pensent comme nous, qui agissent comme nous et qui ont les mêmes valeurs et croyances. Ainsi il est plus aisé et rassurant de dire que c’est normal d’avoir telle attitude. Nous sommes conditionné par le système et il est rassurant  de se conformer aux règles établies. Donc si l’idée de changer s’immisce dans notre esprit, nous sommes tout de suite rattrapés par les contraintes que le changement suppose. Trouver son chemin à travers sa singularité et l’expression de notre être dans une société qui nous conditionnent s’avère compliqué mais pas impossible. Il faudra en prendre toute la mesure et accepter de changer avec ce que cela implique.

 

 

Accepter le changement

k7300517

 

 

Accepter le changement, c’est accepter d’évoluer et l’évolution est inévitable. Donc rien ne sert de procrastiné. Si ce n’est pas vous qui tenez les rennes, les circonstances s’en chargeront. Si certains ont des bénéfices secondaires de ne pas passer à l’action et de rester dans leurs zones de confort, cette léthargie induira plus  d’insatisfaction de regrets que de bonheur. Le changement est partout.  Beaucoup veulent faire changer leurs conjoints pour ne pas avoir à se changer eux-mêmes, et ils ont des tas d’arguments pour les convaincre. Cependant on ne peut changer quelqu’un sous l’effet de la contrainte. Donc c’est inutile d’essayer de forcer l’autre à répondre à nos attentes surtout quand celui ou celle-ci n’en ressent pas le besoin ou l’envie. Lorsque que nous ressentons de l’insatisfaction, nous avons tendance à attribuer la responsabilité aux autres. Nous ne pensons pas même un instant que nous avons pu être l’instigateur du comportement récurrent du conjoint, ou responsable des scénarios négatifs qui se répètent chroniquement. Sans avoir à changer ce que nous sommes fondamentalement, il y des choses que nous devons changer en âme et conscience. Tout commence par Le paradoxe suivant:  » Si nous voulons que les choses changent, nous devons déjà les acceptées comme elles sont ». Cela vaut pour soi-même. « Si je veux changer, je dois commencer par m’accepter tel que je suis ».

 

Ensuite vous devrez apprendre à  observer vos schémas de pensées et les émotions qu’ils entraînent. Et enfin comment vos diriger vos actes et les répercussions qu’ils ont sur vos choix etc. Vouloir changer pour le meilleur est un long processus semé d’embûches. C’est pour cela que tant d’entre nous se résignent si facilement et capitulent devant l’effort.

MERCI DE BIEN VOULOIR RÉPONDRE À CE SONDAGE!

SONDAGE

Faites part de vos observations en laissant un commentaire ci-dessous sur les changements que vous menez à terme, ou sur les désirs de changer qui n’ont pas  abouti?

 

 Téléchargez les séances MP3

Libérez-vous du stress!
Comment éteindre son mental!

 

 

  TARIFS DES CONSULTATIONS:

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Je veux changer, mais!, 10.0 out of 10 based on 1 rating